Angela Senis

Accueil > Le Japon, les Japonais et le japonais... > L’orientalisme dans L’Empire des Signes

L’orientalisme dans L’Empire des Signes

De Roland Barthes

vendredi 3 juin 2011, par Angela Senis

L’Empire des Signes de Roland Barthes (dont la première publication a eu lieu en 1970) s’inscrit dans une tradition occidentale ancienne, littéraire et même artistique en général, parmi des représentants aux noms prestigieux tels que : Montesquieu, Hugo, Lotti, Ingres, Delacroix…Tous ont en commun d’avoir dépeint l’Orient avec des mots ou des couleurs empreints de leurs regards occidentaux.


L’approche de Roland Barthes, comme d’autres, se veut à son tour novatrice tant dans la forme que du point de vue du contenu.

C’est que les intellectuels de l’Occident et la France en son sein, dans cette deuxième moitié du XXe siècle qui a vu s’emballer la décolonisation, semblent alors prendre conscience d’un mal-être lié à une redistribution géopolitique et à leur approche de la chose orientale.

Selon l’ouvrage Orientalism d’Edward Saïd publié en 1978, le phénomène qui donne son titre à l’ouvrage se définit en plusieurs mouvements. Dans un premier temps, l’orientalisme se définit comme un mode discours, un discours de « l’Occident » sur « l’Orient ». Concernant son contenu, ce discours s’articule autour des trois grands axes que l’on peut mettre en parallèle avec la pensée kantienne : la perspective politico-morale (ou critique de la raison pratique chez Kant), la perspective épistémologique (ou critique de la raison pure) ainsi que l’esthétique. Le propre de la pensée orientaliste consiste à n’entrevoir une civilisation qu’à travers ce dernier angle d’approche. Dans cet ouvrage de référence, il est fait mention de Roland Barthes, ce qui tend à prouver que Saïd connaissait l’auteur ainsi que L’Empire des Signes.

Cependant, ce n’est pas cette œuvre de Barthes qu’il cite, mais Mythologies (1957), au sujet du pouvoir du mythe qui ne cesse de se ré-inventer (p.308). Selon Daniel Martin Varisco (in, Reading Orientalism : Said and the Unsaid, notes p.391) c’est là l’une des très rares occurrences au cours desquelles Saïd évoque Barthes comme si cet auteur méritait un traitement particulier…

Vous pouvez accéder à la totalité (8 pages, y compris la bibliographie) de cette étude en téléchargeant le fichier ci-après :

L’orientalisme dans l’Empire des Signes

P.-S.

Cette étude a été présentée dans le cadre d’un Master 1 en Langue, Littérature et Civilisation japonaise en 2011.

titre documents joints


Tous droits de reproduction réservés - n'hésitez pas cependant à me contacter
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP